Décoration

Il était une fois
le CNRS

Retrouvez toutes les deux semaines les anecdotes, rédigées par Artips, sur l’histoire du CNRS.

 

Merci, le CNRS…

Où l'on rencontre un chercheur reconnaissant.

Voir l'anecdote

Un sou est un sou

… la recherche avait parfois de drôles de ressources

Voir l'anecdote

Un géant à Meudon

… Où l’on voit
que la taille compte.

Voir l'anecdote

Un genre de CNRS

Où l’on découvre un ancêtre au féminin.

Voir l'anecdote

Mobilisation générale

Où l'on assiste à la naissance officielle du CNRS

Voir l'anecdote

Des hommes d’honneur

Où l’on comprend qu’il faut sauver les savants.

Voir l'anecdote

Ami, si tu tombes…

Où l'on comprend qu'il faut parfois tenir coûte que coûte.

Voir l'anecdote

Le gars de la Marine

Où l'on apprend comment un aimant sauve des vies.

Voir l'anecdote
Voir plus d'anecdotes (
12
)
Ami, si tu tombes…

Jeanne Vielliard, directrice de l'IRHT. © IRHT

Il était une fois
le CNRS

Ami, si tu tombes…

Où l'on comprend qu'il faut parfois tenir coûte que coûte.

Quand tout est fichu, il y a encore le courage

Daniel Pennac

13 mai 1940, sur un champ de bataille en Moselle. Le capitaine de réserve Félix Grat s’écroule, touché par une balle en plein cœur. Exempté de service, il avait tenu à combattre quand même…

Député et savant, Félix Grat dirigeait depuis 1937 l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT), le premier laboratoire de sciences humaines rattaché au CNRS. L’Institut, situé à Laval, conserve essentiellement d’anciens textes latins et se donne pour mission « la transmission écrite de la pensée humaine »… Mais à présent qui va pouvoir en assurer la direction ?

A l’époque, la secrétaire générale de l’IRHT est Jeanne Vielliard. Issue, comme Félix Grat, de l’école des Chartes, son action au sein de l’Institut a déjà permis d’établir une mission permanente au Royaume-Uni et au Vatican.

En juin 1940, en pleine offensive Allemande, Laval, où s’était replié l’IRHT dès la fin août 1939, est évacuée. Jeanne Vielliard, seule à présent à la tête du laboratoire, agit avec sang-froid et courage : elle met à l’abri les photos et manuscrits les plus précieux, et renvoie les collaborateurs dans leurs familles pour quelques temps, en leur avançant leur paie avec ses propres économies ! Elle-même rejoint Poitiers en juin 1940.

Un temps bloquée à Poitiers par l’avancée des troupes allemandes, puis de retour à Laval en juillet, Jeanne Vielliard reprend le travail immédiatement, et insiste pour que ses équipes fassent de même. Fidèle au poste, elle restera directrice de l’IRHT jusqu’en 1964.

Texte rédigé par Artips

Fermer

Proposer un quizz

  • Intitulé de la question
  • Types de fichiers acceptés : jpg, png.
Fermer

Laisser un témoignage

  • Types de fichiers acceptés : jpg, png.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Fermer

S'inscrire à la newsletter