Décoration

Il était une fois
le CNRS

Retrouvez toutes les deux semaines les anecdotes, rédigées par Artips, sur l’histoire du CNRS.

 

Quel chantier !

Où l'on voit des scientifiques se mobiliser pour Notre-Dame.

Voir l'anecdote

Un sou est un sou

… la recherche avait parfois de drôles de ressources

Voir l'anecdote

Un géant à Meudon

… Où l’on voit
que la taille compte.

Voir l'anecdote

Un genre de CNRS

Où l’on découvre un ancêtre au féminin.

Voir l'anecdote

Mobilisation générale

Où l'on assiste à la naissance officielle du CNRS

Voir l'anecdote

Des hommes d’honneur

Où l’on comprend qu’il faut sauver les savants.

Voir l'anecdote

Ami, si tu tombes…

Où l'on comprend qu'il faut parfois tenir coûte que coûte.

Voir l'anecdote

Le gars de la Marine

Où l'on apprend comment un aimant sauve des vies.

Voir l'anecdote
Voir plus d'anecdotes (
14
)
Le CNRS donne le « LA »

Pierre Jacquinot, directeur du CNRS. © Denise Fautret / CNRS Photothèque

Il était une fois
le CNRS

Le CNRS donne le « LA »

Où l'on découvre des labos pas comme les autres.

La réussite appartient à tout le monde. C’est au travail d’équipe qu’en revient le mérite.

Frank Piccard

Janvier 1966. Dans les bureaux administratifs du CNRS, c’est l’effervescence : le secrétariat a reçu plus de 200 grandes enveloppes, alors qu’on en attendait beaucoup moins ! Mais ce sont des dossiers de quoi, au juste ?

Au milieu des années 1960, le CNRS a 25 ans, et il a bien grandi : ses effectifs de chercheurs ont été multipliés par 10 depuis sa création ! Il est grand temps de revoir le fonctionnement du Centre qui, lui, n’a pas beaucoup évolué.

C’est le physicien Pierre Jacquinot, directeur du CNRS, qui porte la réforme. Son idée est de créer des « laboratoires associés » (LA) avec les universités : de petites structures assez autonomes, au fonctionnement souple et démocratique, qui regrouperont chercheurs du CNRS et universitaires.

En 1965, le Centre fait donc un appel aux universités pour qu’elles participent à ce projet.… Et le succès dépasse toutes les espérances !  Les dossiers de candidatures affluent : sur 200 demandes on ne pourra créer, la première année, que 60 LA. Deux ans après, on en comptera 127.

Concrètement, comment ça marche ? Le CNRS et l’université signent une convention de 4 ans, renouvelable, ou pas, après évaluation des recherches. Le Centre apporte ainsi, à des laboratoires qui en manquaient, des financements et son savoir-faire en organisation, ce qui lui permet en retour de se « brancher » au dynamisme de la recherche universitaire de son époque. Avec le laboratoire de physique des solides de l’université d’Orsay, par exemple, le CNRS bénéficie d’une structure de pointe qu’il n’avait pas dans cette discipline.

Le succès sera tel que les « LA » auront rapidement leurs « petites sœurs », un système complémentaire encore plus souple : les équipes de recherche associées (ERA).

Texte rédigé par Artips

Fermer

Proposer un quizz

  • Intitulé de la question
  • Types de fichiers acceptés : jpg, png.
Fermer

Laisser un témoignage

  • Types de fichiers acceptés : jpg, png.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Fermer

S'inscrire à la newsletter