Décoration

Il était une fois
le CNRS

Retrouvez toutes les deux semaines les anecdotes, rédigées par Artips, sur l’histoire du CNRS.

 

Quel chantier !

Où l'on voit des scientifiques se mobiliser pour Notre-Dame.

Voir l'anecdote

Un sou est un sou

… la recherche avait parfois de drôles de ressources

Voir l'anecdote

Un géant à Meudon

… Où l’on voit
que la taille compte.

Voir l'anecdote

Un genre de CNRS

Où l’on découvre un ancêtre au féminin.

Voir l'anecdote

Mobilisation générale

Où l'on assiste à la naissance officielle du CNRS

Voir l'anecdote

Des hommes d’honneur

Où l’on comprend qu’il faut sauver les savants.

Voir l'anecdote

Ami, si tu tombes…

Où l'on comprend qu'il faut parfois tenir coûte que coûte.

Voir l'anecdote

Le gars de la Marine

Où l'on apprend comment un aimant sauve des vies.

Voir l'anecdote
Voir plus d'anecdotes (
14
)
Le compte à rebours est lancé !

Fusée-sonde Véronique-AGI sur sa table de lancement au CIEES en 1962. © CNES

Il était une fois
le CNRS

Le compte à rebours est lancé !

Où l'on apprend que la grand-mère d'Ariane s'appelle Véronique

Le ciel est pour ceux qui y pensent

Joseph Joubert

8 septembre 1944, Maisons-Alfort près de Paris. Au matin, une énorme explosion détruit tout un quartier et fait une vingtaine de victimes. Une équipe menée par le chimiste Henri Moureu se rend sur place.

Là, elle constate que l’explosion n’est pas due à une bombe ordinaire. Et puis, personne n’a entendu d’avion passer avant l’explosion ! En fait, ce qui a frappé la ville est un missile auto-propulsé, un engin redoutable qui peut parcourir des centaines de kilomètres : un V2.

Les mois suivants, Moureu se rend en Allemagne vaincue afin d’étudier ces nouveaux engins : les fusées. Il revient convaincu que c’est une technologie d’avenir et créé alors le Centre d’étude des Projectiles Autopropulsés, le CEPA, au sein duquel travaillent des experts du CNRS. Dans le même temps, la recherche militaire met au point une copie française du V2, la fusée Véronique.

Mais, la guerre terminée, l’armée se désintéresse du sujet. Véronique reste utilisée par le CNRS pour mener des expériences en haute atmosphère. Quand, en 1957, les Russes lancent leur premier satellite, le monde se jette dans la course à l’espace. La France peut alors capitaliser sur ses premières recherches de fusées sondes auto-propulsées. Merci Véronique !

Texte rédigé par Artips

Fermer

Proposer un quizz

  • Intitulé de la question
  • Types de fichiers acceptés : jpg, png.
Fermer

Laisser un témoignage

  • Types de fichiers acceptés : jpg, png.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Fermer

S'inscrire à la newsletter