Décoration

Il était une fois
le CNRS

Retrouvez toutes les deux semaines les anecdotes, rédigées par Artips, sur l’histoire du CNRS.

 

Renvoyez-moi mes mouches !

Où l'on découvre des mouches "génétiquement modifiées".

Voir l'anecdote

Un sou est un sou

… la recherche avait parfois de drôles de ressources

Voir l'anecdote

Un géant à Meudon

… Où l’on voit
que la taille compte.

Voir l'anecdote

Un genre de CNRS

Où l’on découvre un ancêtre au féminin.

Voir l'anecdote

Mobilisation générale

Où l'on assiste à la naissance officielle du CNRS

Voir l'anecdote

Des hommes d’honneur

Où l’on comprend qu’il faut sauver les savants.

Voir l'anecdote

Ami, si tu tombes…

Où l'on comprend qu'il faut parfois tenir coûte que coûte.

Voir l'anecdote

Le gars de la Marine

Où l'on apprend comment un aimant sauve des vies.

Voir l'anecdote
Voir plus d'anecdotes (
4
)
Renvoyez-moi mes mouches !

Diversification de motifs pigmentaires noirs, sur des ailes de mâles de plusieurs espèces de drosophiles. © N. Gompel/B. Prud'homme/CNRS Photothèque

Il était une fois
le CNRS

Renvoyez-moi mes mouches !

Où l'on découvre des mouches "génétiquement modifiées".

L'homme génétique nouveau pourra parler aux mouches.

Ben

1939. La guerre est sur le point d’être déclarée. Philippe L’Héritier, généticien, se rend à un congrès en Écosse. Là, il avise un collègue américain et lui confie… une grande boîte pleine de mouches !

Philippe L’Héritier est en effet persuadé qu’il sera envoyé au front et que personne ne pourra continuer ses recherches à sa place. Il travaille à l’époque sur l’hérédité génétique chez les mouches. Il s’est aperçu qu’une génération avait développé une sensibilité au gaz carbonique : les parents mouches, aspergés de gaz CO2, s’endorment, tandis que leurs enfants, aspergés du même gaz… meurent.

Les mouches de Philippe L’Héritier sont donc emportées en sécurité aux USA. La guerre éclate mais le généticien n’est pas mobilisé. Du coup, il a de nouveau besoin de ses mouches pour continuer ses recherches. Alors il écrit à son collègue pour lui demander… de lui renvoyer ses mouches par avion : « Please, send back the flies ».

À la Libération, Philippe L’Héritier crée le laboratoire de génétique formelle -la branche qui étudie la transmission des caractères héréditaires- du CNRS. Plus tard, l’équipe est rejointe par celle de Georges Teissier, pour la génétique évolutive -la branche qui étudie la complexité des organismes-, puis par celle de Boris Ephrussi, pour la génétique physiologique.

Les trois équipes s’installent bientôt sur le site flambant neuf de Gif-sur-Yvette, équipé du célèbre phytotron : un espace clos où l’on reconstitue entièrement les conditions climatiques de plusieurs climats du monde. Un équipement très utile aux recherches en biologie… et une maison idéale pour les mouches !

Texte rédigé par Artips

Fermer

Proposer un quizz

  • Intitulé de la question
  • Types de fichiers acceptés : jpg, png.
Fermer

Laisser un témoignage

  • Types de fichiers acceptés : jpg, png.
Fermer

S'inscrire à la newsletter